nos vidéos

Le compostage au printemps

À COMPOSTER

  • Tontes de gazon
  • Pousses de haies
  • Mauvaises herbes
  • Fruits et légumes
  • Fanes de plantes herbacées cultivées
  • Bouquets de fleurs

guidesaisonsprintempsÀ FAIRE

  • Aérer régulièrement pour faire circuler l’air : 1 à 2 fois par semaine.
  • S’assurer de l’humidité du compost : dans le cas contraire, arroser.
  • Alterner les apports : 1/3 de matières humides et 2/3 de matières sèches.

À NOTER

LES DIFFÉRENTES MATIÈRES
Matières humides (matières vertes azotées) : tontes de gazon, mauvaises herbes, épluchures de fruits et légumes (crus ou cuits), restes de repas d’origine végétale (pâtes, riz…), filtres et marcs de café, sachets de thé.

Matières sèches (matières brunes carbonées) : feuilles mortes, copeaux de bois, sciures, coquilles d’œufs, essuie-tout, journaux, fanes de tomates et de pommes de terre, petits rameaux…

C’est l’équilibre entre ces deux composants qui facilitera le processus de décomposition des matériaux pour les transformer en terreau de qualité.

LES QUANTITÉS

Les grosses quantités d’une même matière ne doivent pas être déposées d’un seul coup.

Les tontes de gazon ont tendance à se tasser et à pourrir :

  • préférer mettre sur le tas des couches ne dépassant pas 10cm d’épaisseur,
  • préférer intégrer le reste du gazon petit à petit après l’avoir fait sécher 2 à 3 jours,
  • préférer utiliser le trop-plein de pelouse comme paillage autour des arbres et arbustes.

À SAVOIR

Les organismes vivant sous terre (micro-organismes, bactéries, petits invertébrés) se nourrissent de la matière organique en décomposition. En hiver ils vivent au ralenti. Au printemps ils retrouvent une vivacité conduisant à l’accélération de la dégradation. Dès lors, votre composteur fonctionne plus vite !

ALLER PLUS LOIN

Téléchargez le guide du compostage.